Elisabeth BORNE

Publié le par Jean-Pierre

Promue 1ère ministre par le président Emmanuel Macron encore une déception pour moi mais surtout pour l’écologie. A quoi servent toutes ces grandes écoles d’ingénieurs si c’est pour en faire d’excellents godillots en politique ?

Aurait-elle oublié toutes ses leçons de physique et de chimie ou préférait-elle faire la sourde d’oreille face aux mensonges du GIEC ?

C’est tellement plus facile de ne pas contrarier les lobbys puissants comme celui du nucléaire.

Et puis pour prélever des taxes en laissant croire que l’on peut sauver la planète en s’appuyant sur tous ces écologistes ignorants. Au lieu de vouloir faire diminuer le taux de CO2 de l’atmosphère il faut au contraire l’augmenter car l’effet de serre terrestre n’est produit que par le taux de vapeur d’eau dans l’atmosphère. L’augmentation du CO2 augmente le développement des végétaux ce qui leur permet d’absorber plus l’humidité de l’air donc de diminuer l’effet de serre.

A l’époque des diplodocus il y avait de 4 à 5 fois plus de CO2 dans l’atmosphère la végétation était gigantesque à l’échelle des grands herbivores et le dénommé Jean JOUZEL met sur le dos du CO2 l’augmentation de température.

Alors que le soleil avait augmenté son rayonnement donc la chaleur de la terre le CO2 prisonnier dans l’eau c’est échappé en partie dans l’atmosphère.

Et si ce pseudo scientifique de bas étage avait su déchiffrer le spectre d’absorption du CO2 il aurait compris que plus la terre se réchauffe moins le CO2 ne peut absorber de rayonnement donc s’il est négligeable aujourd’hui il ne pouvait pas augmenter l’effet de serre à cette époque.

Pauvre chercheur qui n’a jamais rien trouvé de scientifique autre que de gagner de l’argent sur des mensonges.

Notre 1ére ministre sera secondée en ce qui doit traiter des problèmes liés à l’écologie par mesdames:

Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires Enseignement : John F. Kennedy School of Government,

Agnès Pannier Runacher, ministre de la Transition énergétique. Enseignement : École Nationale d'Administration (1998–2000), Sciences Po (1995–1997), HEC Paris (1992–1995)

 

Si leur patronne est obligée de mentir pour faire croire que le GIEC représente l’honnêteté scientifique.

 Mesdames

Amélie de Montchalin et Agnès Pannier Runacher

Ont été choisies pour leur méconnaissance totale et leur dévouement sans limite à leurs supérieurs.

De parfaites "Godillot"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article