La vallée de tous les dangers

Publié le par Jean-Pierre

La vallée de la mort nom donné par les anti-nucléaire à la vallée du Rhône.

La folie du nucléaire en vallée du Rhône.

La France est un pays ayant une superficie relativement réduite pour contenir déjà 58 réacteurs nucléaire, la vallée du Rhône à elle seule à 6 sites nucléaire avec 14 réacteurs.

Centrale du Bugey

4 réacteurs

30 km centre de Lyon

 

Centrale de Saint Alban

2 réacteurs

30 km de Saint Etienne -16 km de Vienne-30 km de Vénissieux- 20 km D’Annonay

Site de Creys-Malville

Mis à l'arrêt définitif en décembre 1998 sur décision gouvernementale, il est en phase de démantèlement : en 2007, les travaux de démantèlement étaient prévus pour durer jusqu'en 20272. À cette date les quatorze tonnes de plutonium et les trente-huit mille blocs de béton au sodium seraient encore conservés sur le site.

35 km périphérie de Lyon -24 km de Bourgoin Jallieu -35 km Aix les bains

À cette date les quatorze tonnes de plutonium et les trente-huit mille blocs de béton au sodium seraient encore conservés sur le site.

Centrale du Tricastin

4 réacteurs

25 km de Montélimar- 24 km d’Orange- 44 km d’Avignon

Centrale de Cruas-Meysse

4 réacteurs

9 km du centre de Montélimar- 16 km de Privas- 35 km de Valence

Site de Marcoule

Traitement des déchets nucléaires.

8 km d’Orange

Le pauvre Rhône a bien du mal à éliminer toutes ces calories qu’il faut évacuer et par période de forte chaleur il faut déjà arrêter certains réacteurs.

Ce qui produit énormément de vapeur d’eau le seul gaz à effet de serre responsable de l’augmentation de la température, engendrant pour la région de fortes précipitations de pluie et de grêle.

Et pourtant EDF pousse à augmenter la consommation d’électricité.

Voitures électriques avec prime d’état.

Chauffage et climatisation par pompe à chaleur avec prime d’état.

Vélos à assistance électrique avec prime d’état.

Il va donc falloir augmenter la production d’énergie électrique

Après la catastrophe de Tchernobyl le Lobby nucléaire à pousser L’ONU à créer un organisme pour lutter contre le réchauffement climatique celui-ci ce nome le GIEC. Comme par hasard les présidents et vice-présidents successifs ont tous été choisis dans le milieu nucléaire. Il fallait absolument accuser tous les types de centrales thermiques autre que nucléaire.

Ils sont allé rechercher les travaux d’un prix Nobel  de chimie de 1903 : Svante August Arrhenius.

Mais bizarrement le GIEC est sourd et aveugle sur les mesures satellitaires d’aujourd’hui avec les données relevées sur la planète Mars prouvant qu’il y a 25 fois plus de CO2 mais que l’effet de serre est trop faible pour y être mesuré.

Donc les besoins grandissants en énergie électrique et la vétusté de nos centrales nucléaires va obliger la construction de nouvelles centrales, mais sur quel lieu géographique ?

Est-ce que nos énarques vont commettre le même choix insensé que celui de la vallée du Rhône avec 6 sites regroupés dans un couloir favorisant les vents, et sur une faille sismique. Et si demain un tremblement de terre de force de 8 à 9 sur l’échelle de Richter comme le prévoyait le vulcanologue Haroun Tazieff venait à se produire.

Imaginé si un seul des 14 réacteurs en présences venait à avoir un accident majeur du type de Tchernobyl que se passerait-il ?

Combien de ces villes pourraient être touchées, la vallée fermée pendant combien de temps ?

Tout le couloir du Rhône se situant au sud de l’accident en présence de Mistral serait contaminé, et Marseille pourrait devenir une ville inhabitable pendant plusieurs dizaines d’années.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article